• En ce début 1958, le RIALTO est fermé pour une transformation totale du site. Rappelons que le RIALTO ouvre ses portes le vendredi 11 mars 1927, situé en plein centre du quartier des grands Hôtels et de la Promenade des Anglais. Le film d’ouverture est YASMINA d’André HUGON avec Huguette DUFLOS et Léon MATHOT. Le RIALTO, équipé du R.C.A. High Fidelity, va présenter les premiers films sonores à Nice dès le 16/2/29 avec un programme composé de divers courts métrages « parlants et musicaux ». La salle va rencontrer un grand succès. Ce sera le premier cinéma à présenter à Nice FRANKENSTEN de James WHALE, le 9/12/32. Le RIALTO est repris à l’automne 1936 par la Gaumont-Franco-Film-Aubert (G.F.F.A.) qui le contrôle entièrement. Il sera dirigé pendant des années par Charles MORETTI. Pendant les premières années de guerre, le RIALTO va être en difficulté n’arrivant pas à obtenir des films nouveaux, comme beaucoup d’exploitants de la zone libre et programme alors des reprises. Le lundi 5 avril 1943, alors que Nice est sous l’occupation italienne, la fédération des directeurs de spectacles des Alpes-Maritimes annonce que le permanent est supprimé dans les cinémas de la ville. Mais, le RIALTO fonctionnant en tandem avec le CASINO MUNICIPAL va obtenir des exclusivités, en sortant par exemple pour la première fois à Nice, LE JOUR SE LEVE de Marcel CARNE, le 19/2/43. Durant les années 50, la fréquentation du RIALTO, faisant toujours partie de la S.N.E.G comme le PARIS-PALACE et le CASINO, va chuter d’une manière plus prononcée que les cinémas concurrents. En 1953 il forme avec le MONDIAL un tandem d’exclusivité, mais les entrées sont beaucoup plus importantes au MONDIAL qu’au RIALTO.

    On annonce dans la presse professionnelle, la fermeture du RIALTO en juin 1957. La salle toujours dirigée par M Charles MORETTI va subir d’importantes transformations et être équipée pour le CINEMASCOPE, le TODD-AO et la projection télévision sur grand écran. Les travaux comportent l’édification d’un immeuble de 6 étages au dessus du cinéma, immeuble abritant toujours le RIALTO aujourd’hui.

    Cette véritable transformation a lieu sous la direction de V SCOB et A GALLI. De la salle ancienne, il ne reste que les quatre murs. Le nouveau RIALTO est conçu comme la salle la plus moderne et la plus confortable de Nice. Le nouveau cinéma compte 1000 places disposées en amphithéâtre (chose rare à l’époque) mais sans aucune marche, le sol descendant en pente douce vers l’écran. Le nouveau RIALTO a un décor rouge sombre, en moquette avec de belles appliques lumineuses et des fauteuils « Pullman » gris. L’écran qui se fond dans les parois latérales a 14 mètres de base, les rideaux étant, l’un rouge, l’autre paille. Les architectes du nouveau RIALTO sont V SCOB de Paris et M GALLI de Nice. L’installation technique permet l’utilisation de tous les procédés d’élargissement de l’image de l’époque, en particulier le TODD-AO, et la stéréophonie se déploie sur un ensemble de 17 haut-parleurs d’ambiance. L’inauguration a lieu le 12/5/58 avec le film ESPIONNAGE A TOKYO de Richard L BREEN avec Robert WAGNER et JOAN COLLINS.

    En 1963, la salle sera aménagée pour le CINERAMA mais rencontrera de cinglants échecs commerciaux. Etrangement, c’est le RIALTO qui existe encore, alors que les disparitions des PARIS-PALACE, ESCURIAL, FORUM ou MONDIAL laissent aujourd’hui, bon nombre de cinéphiles nostalgiques.

    Un mot du FRANÇAIS (ex-CLUNY) de Nice qui a rouvert ses portes le 17/12/57 après 15 jours d’importants travaux dirigés eux aussi par V SCOB. L’architecte transforme la salle de fond en comble. Située en plein cœur de Nice, Avenue de la Victoire, le FRANÇAIS dispose de 350 places et d’un écran de 7 mètres de base sur 4 mères de haut.

    Thierry





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique